PASCAL CÔTÉ
Directeur général et artistique, vice-président,
Société Philharmonique de Montréal
Chef d’orchestre et chef de chœur – conductor

Pascal Côté a étudié en pédagogie et en interprétation au Département de musique (Faculté des arts) de l’Université du Québec à Montréal, auprès de MM. Miklós Takács, Claude Dauphin, Antoine Ouellette, André Roy et Alvaro Pierri. En 2007, il obtient un diplôme de 2e cycle en direction chorale à l’Université de Sherbrooke, auprès de Iwan Edwards. Il perfectionne son art avec Miklós Takács, Nicole Paiement, Bernard Tétu, Raffaele Livio Ponti et Fred Stoltzfus.

Simultanément, il entreprend une carrière dynamique de chef de chœur, de chef d’orchestre et de pédagogue. Nommé, en décembre 2002, professeur et directeur des chœurs de l’École Joseph-François-Perrault, il prend l’initiative de les réunir sous la bannière de Chœur JFP, lequel participe souvent aux concerts d’envergure de la Société Philharmonique de Montréal, du Conservatoire de musique de Montréal, de l’Orchestre métropolitain du Grand Montréal et de l’Orchestre symphonique de Montréal. De 2002 à 2012, Pascal Côté dirige l’Ensemble de guitares Forestare. Leur premier album, sous étiquette Atma Classique, leur vaut le Félix « Album instrumental de l’année 2007 ». Récipiendaire du prix Relève Accès-culture de la Ville de Montréal, en 2008, il est invité l’année suivante à diriger El Ensamble de Guitarras de Chile au Festival internacional Entrecuerdas à Santiago. Un second album intitulé Forestare Arauco (Atma Classique, février 2012) est nominé au prix Album instrumental de l’année. Pascal Côté performe aussi dans le style musical alternatif Underground.

Sa carrière de chef se confirmant, Pascal Côté devient chef répétiteur du Chœur classique de Montréal (2012) et se renforce avec la participation du Chœur JFP à l’exécution du Requiem de Verdi au Grand concert du Vendredi saint à l’Église Saint-Jean-Baptiste, sous la direction de Maestro Miklós Takács en 2013. Ce dernier enjoint Pascal Côté à lui succéder à la direction artistique et exécutive du Chœur de l’UQAM dès 2014. Le nouveau directeur associe le chœur à l’Ensemble Caprice de Matthias Maute pour une exécution inoubliable du Magnificat de Bach et du Gloria de Vivaldi. Quand survint le décès de son célèbre magister, en février 2015, Pascal Côté s’est vu confier la mission d’étendre sa direction à l’Orchestre de la Société Philharmonique de Montréal. Énergique et profond dans des rassemblements de masse, Pascal Côté a impressionné les auditeurs par sa saisissante interprétation du Te Deum de Berlioz au concert du Vendredi saint à l’église Saint-Jean Baptiste, en avril 2015, du Requiem de Brahms en 2016, de la Neuvième Symphonie de Beethoven et du Te Deum (création) d’Éric Champagne en 2017, œuvre qu’il a dirigée en juin 2017 au célèbre Carnegie Hall (New York) avec le Chœur de l’UQAM et la New England Symphonic Ensemble. En 2018, il a dirigé le Te Deum de Kodály à l’église Saint-Jean-Baptiste avec l’orchestre de la Société Philharmonique de Montréal, à la mémoire de son ami et maître, Miklós Takács. (Texte de Claude Dauphin)

MIKLÓS TAKÁCS
Directeur, Société Philharmonique de Montréal
Directeur fondateur, Chœur de l’UQAM

Maestro Miklós Takács a vu le jour à Budapest le 13 septembre 1932. Après de brillantes études à la célèbre Académie Liszt de la capitale hongroise auprès du compositeur et pédagogue Zoltán Kodály, il se rend en France pour parfaire ses connaissances auprès des grands maîtres parisiens comme Nadia Boulanger et Jacques Chailley. Il y fréquenta aussi l’Institut grégorien de Paris duquel il obtint un diplôme de Maître de chapelle. De retour en Hongrie, il devint professeur au Conservatoire Béla Bartók, puis fondateur et directeur de l’Ensemble vocal Takács et de l’Orchestre de chambre Baroque de Budapest. En 1973, il s’installe à Montréal, foyer de son rayonnement de chef à travers le monde. Nommé professeur à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), il devint chef attitré de l’Ensemble vocal et directeur du Chœur de l’UQAM qu’il avait contribué à fonder avec sœur Marcelle Corneille (CND).

La réputation de maestro Miklós Takács dépasse les frontières du Québec et du Canada; en effet, il est régulièrement invité à diriger des orchestres et des chœurs à l’étranger. Il a dirigé des concerts en  Amérique (États-Unis, Mexique), en Europe (Allemagne, Autriche, France, Hongrie, Italie, Roumanie, Russie et Suisse), au Moyen-Orient (Égypte) et en Asie (Corée du Sud). Il a aussi participé à la création d’œuvres de compositeurs québécois et a grandement contribué au rayonnement de musiciens canadiens à l’étranger.

Bon nombre de concerts dirigés par maestro Miklós Takács ont été diffusés à la radio et à la télévision, au Canada, en Hongrie et en Égypte. Sa discographie compte le Requiem de Cherubini, enregistré avec le Chœur de l’UQAM, sous étiquette CHORAM, la Missa Solemnis de Liszt, avec la participation du Chœur Kodály de Debrecen, de l’Orchestre symphonique de Pécs et des solistes de l’Opéra de Budapest, sous étiquette PELLÉAS, ainsi que Ensembles Takács, regroupant des œuvres pour ensembles vocaux chantées en français et en hongrois, sous étiquette ATTACCA.

Maestro Miklós Takács est une figure marquante du milieu musical québécois et canadien. On lui doit, entre autres, la renaissance, en 1982, de la Société philharmonique de Montréal, fondée en 1875 par Arthur Perkins et dont les activités avaient pris fin en 1899. Cet organisme, auquel est affilié l’Orchestre de la Société philharmonique de Montréal, est le partenaire principal et le diffuseur officiel du Chœur de l’UQAM. La Ville de Montréal a rendu hommage à maestro Takács en novembre 2006 et lui a décerné un certificat d’honneur pour sa contribution exceptionnelle à la promotion de la vie artistique de la Métropole sur la scène internationale à titre de musicien, pédagogue et chef de chœur, au sein d’institutions montréalaises. Il a également reçu la Médaille du Gouverneur général du Canada, en 1992, et le prix Pro Cultura Hungarica de la République de Hongrie, en 1993. Il a fait l’objet d’un documentaire réalisé par François Lemieux, L’odyssée de Miklós Takács.

Maestro Miklós Takács est décédé à Montréal le 13 février 2015, à l’âge de 82 ans.